Comment débuter en alpinisme ?

Comment débuter en alpinisme ?

Qu’est-ce que l’alpinisme ?

L’alpinisme est l’acte d’escalader des montagnes, qu’elles soient rocheuses, enneigées, glacées ou une combinaison des trois. Les êtres humains sont depuis longtemps fascinés par les hautes montagnes et ont la curiosité de répondre à cette question lancinante : « Pourrais-je grimper là-haut ? ».
Si vous souhaitez vous lancer dans la poursuite de l’alpinisme, cet article vous fournira quelques astuces et conseils pour vous lancer.

Quels sont les dangers de l’alpinisme ?

« Grimpez si vous voulez, mais souvenez-vous que le courage et la force ne sont rien sans la prudence, et qu’une négligence momentanée peut détruire le bonheur de toute une vie. Ne faites rien à la hâte ; regardez bien chaque pas ; et dès le début pensez à ce que peut être la fin. » – Edward Whymper.

Tout d’abord, l’alpinisme est une activité dangereuse. Les dangers auxquels vous serez confrontés en montagne sont les suivants :

  • Les chutes de pierres et de glace
  • les avalanches
  • Exposition au froid
  • Chutes en crevasse dans un glacier
  • Exposition à un terrain escarpé

Pour cette raison, une progression lente et méthodique est nécessaire pour rester en sécurité dans les collines. Il faut du temps pour acquérir les compétences, le jugement et l’expérience nécessaires pour :

  • Savoir quel équipement emporter ;
  • Évaluer les dangers de différentes situations ;
  • Trouver des itinéraires sûrs en terrain montagneux ;
  • Gravir une variété de pentes rocheuses, neigeuses et glacées ;
  • savoir quand faire demi-tour.

Comment puis-je progresser en alpinisme ?

L’alpinisme implique une variété de compétences. Celles-ci doivent être acquises au cours de nombreuses années de cours d’instruction, de mentorat et de pratique personnelle en cours de route.

Avant de faire le premier pas dans l’alpinisme, vous devez avoir une bonne expérience de la randonnée dans l’arrière-pays, sur plusieurs jours et sur des terrains accidentés. Vous aurez besoin de ces compétences pour aborder n’importe quelle montagne. Travaillez vos compétences en navigation en faisant des voyages hors des sentiers battus dans la brousse ou sur les sommets, et en pratiquant le ski de rando.
Faites de la randonnée en hiver, dans des zones où il peut y avoir de la neige mais où les crampons ne sont pas nécessaires. en savoir plus

De quel équipement ai-je besoin ?

En plus de l’équipement que vous emporteriez lors d’un voyage de tramping de plusieurs jours, la plupart des voyages d’alpinisme requièrent également :

  • Des crampons
  • piolet
  • Casque
  • Guêtres
  • Bottes rigides
  • Gants imperméables

Il peut être difficile de savoir quoi acheter au début. Les chaussures d’alpinisme, les crampons et les piolets sont des investissements coûteux. Essayez d’emprunter ou de louer autant de matériel que possible au début et posez beaucoup de questions à des alpinistes expérimentés avant d’investir dans votre propre matériel.

Les chaussures sont l’élément le plus important de l’équipement dans lequel vous devez investir. Elles doivent être très rigides, avec peu ou pas de flexion dans le sens de la longueur entre le talon et les orteils. Cela permet aux crampons de fonctionner avec les chaussures sur la neige ou la glace abrupte.

Votre première chaussure d’alpinisme doit avoir une tige de ¾, en référence à la quantité de rigidité de la chaussure. Ce type de chaussure aura une trépointe au talon mais pas à la pointe, pour accepter un crampon semi-automatique (clip en plastique à l’arrière et fixation du panier à l’avant). Ce type de botte sera assez rigide pour l’alpinisme général et aussi assez confortable pour marcher sur une variété de terrains.
Les chaussures à tige pleine et les crampons entièrement automatiques doivent être réservés à un usage ultérieur, à moins que vous ne souhaitiez vous lancer directement dans l’escalade sur glace. Ils sont complètement rigides et parfaits pour les terrains escarpés, mais moins confortables pour la marche.

Un simple piolet de marche à manche droit d’environ 60 cm ou un piolet avec un manche légèrement courbé est une bonne option pour un premier piolet. N’importe quel crampon en acier à 10 ou 12 pointes, adapté à votre type de chaussure, fera l’affaire pour commencer. Les piolets et les crampons peuvent être loués pour les premières sorties.

Comment savoir si les conditions sont propices ?

Vérifiez d’abord les prévisions météorologiques. Prenez note des conditions (pluie, neige) avant votre voyage, pendant, ainsi qu’après – si le voyage prend plus de temps que prévu, vous devez savoir si une tempête s’annonce. Vérifiez quelques sources, par exemple MétéoFrance. Vous y trouverez de nombreuses ressources, mais aucune ne remplacera une formation adéquate en matière d’avalanche.
Pour les conditions sur les glaciers, la neige ou la glace, les observations récentes sont utiles. Demandez aux membres de votre club.

Comment puis-je me mettre en forme pour l’alpinisme ?

Le type d’entraînement le plus important que vous puissiez faire est celui des collines. Marchez sur de nombreuses collines. Gagnez de l’altitude. Courez ou marchez, portez un sac ou allez-y léger, tout ce qui compte c’est de passer beaucoup de temps sur vos pieds, sur un sol rugueux et irrégulier, en montant et en descendant des collines. Essayez de choisir une colline plus raide à monter et de descendre par un chemin plus doux pour ménager vos genoux. Procurez-vous une paire de bâtons de trekking légers pour soulager vos articulations.
Si vous vivez dans une ville plate, sans collines à proximité, prenez un ami (pour vous motiver) et dirigez-vous vers n’importe quelle source de dénivelé que vous pouvez trouver – une rue en pente ou de longs escaliers – et faites des répétitions de collines. C’est vraiment le meilleur moyen d’adapter votre corps à ce que vous allez faire lors d’un voyage d’alpinisme.
L’alpinisme est généralement intensif en cardio, donc tout exercice cardio fonctionne – vélo, course à pied, cardio en salle de gym (crossfit). Mais plus l’exercice est spécifique, mieux c’est.
Le travail de force est également très bénéfique, essayez donc d’incorporer un entraînement qui renforce vos jambes, votre tronc et le haut de votre corps afin d’être aussi résistant que possible face à tout ce que la montagne vous réserve.

Les commentaires sont clos.