Incendies domestiques : comment les éviter ?

Incendies domestiques : comment les éviter ?

Les accidents domestiques sont malheureusement la première cause de mortalité chez les enfants de moins de six ans. Plus de 700 000 d’entre eux doivent être chaque année pris en charge par les services d’urgence suite à un accident survenu au domicile familial. Dans la plupart des cas, des gestes simples ou un meilleur équipement permet de les éviter. En effet, 25% des incendies domestiques ont pour cause une installation électrique obsolète ou défectueuse. Les incendies se déclenchant pour la plupart la nuit, le risque d’asphyxie est important. Ce risque peut être réduit par l’installation d’un dispositif de sécurité adapté.

La loi du 8 mars 2015 a rendu obligatoire l’installation d’un Détecteur Automatique Autonome de Fumée (ou DAAF) dans chaque logement. L’achat se fait à la charge du propriétaire, même si ce dernier loue son logement. Le modèle choisi doit correspondre à des normes prescrites par le Journal Officiel du 14 mars 2013. Tous les détecteurs autorisés en France doivent être des détecteurs de fumée optique car ils se déclenchent même face à un incendie dont la progression est lente (comme un mégot mal éteint par exemple). En premier lieu, le détecteur doit être équipé d’un système permettant d’avertir l’occupant du logement lorsque la batterie ou les piles ont besoin d’être rechargées ou remplacées. L’avertissement se fait via un signal sonore distinct du déclenchement de l’alarme. Si l’appareil rencontre un problème d’alimentation électrique, le signal sonore doit également retentir. Enfin, l’alarme doit faire un bruit supérieur à 85dB. De plus, les informations relatives à sa conception (nom du fabricant, date de fabrication etc.) doivent être écrites et non effaçables. Depuis quelques temps, avec le développement de la domotique, le déclenchement de certaines alarmes entraîne la mise en route de nouvelles fonctions. Par exemple, choisir Delta Dore permet de connecter le détecteur de fumée à des volets roulants électriques. De cette façon, si l’alarme se déclenche la nuit en cas de fumée, les volets roulants reçoivent un signal transmis par le détecteur et s’ouvrent pour laisser entrer l’air de manière plus rapide.

L’installation d’un détecteur de fumée peut être fait par les particuliers eux-mêmes, à condition de respecter certaines conditions. Si le geste technique pour mettre en place l’appareil est simple, l’emplacement choisi est primordial pour la protection du logement. Les pièces dites « humides », dans lesquelles il y a régulièrement de la vapeur d’eau (principalement la cuisine et la salle de bain) ne doivent pas être choisies pour l’installation du détecteur de fumée. Même si la logique voudrait que les départs de feux se déroulent plutôt dans ces deux pièces (bougies ou feux de cuisson laissés sans surveillance), il est recommandé d’installer le détecteur automatique de fumée dans un endroit plus sec. Le couloir ou la pièce précédant les chambres à coucher sont souvent la meilleure option : cela permet de prévenir les habitants avant que la fumée ne pénètre dans les chambres. L’appareil doit être installé en hauteur, idéalement au plafond et le plus loin possible de chacune des autres parois de la pièce.

Les commentaires sont clos.